seez pano

Pelerinages

  FACEBOOK    YOUTBE logo mini DON

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

 VosQuestions
Vos Questions

 Camera

Contact

 Newsletter

Newsletter

 EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

 WebTV

Web-TV

 Radio

Radio

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

VosQuestions

Vos Questions

Camera

Contacts

Newsletter

Newsletter

EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

WebTV

Web-TV

Radio

Radio

JeunesVocation

Jeunes et Vocations

VosQuestions

Vos Questions

Camera

Contacts

Newsletter

Newsletter

EgliseDansOrne

L'Eglise dans L'Orne

WebTV

Web-TV

Radio

Radio

Cathédrale basilique Notre-Dame de l’Assomption et Saints Gervais et Protais de Sées (érigée en basilique mineure le 7 mars 1871).

cathedrale nuit

En approchant de Sées de loin, on aperçoit la cathédrale dont les deux flèches s’élancent vers le ciel.
Depuis le parvis, la façade avec un porche central surmonté d’un tympan sculpté, de deux étages d’arcades et entouré de deux tours, est le signe et le symbole du mystère qui se révèle à l’intérieur.

Contemporaine de la sainte chapelle de Paris (construite par Saint Louis, de 1240 à 1248, pour abriter la couronne d’épines du Christ et des reliques insignes de la passion), la Cathédrale Notre-Dame de Sées en a l’élégance et la grâce.

 

cathedrale intérieur1

Quatre édifices ont précédé cette cathédrale gothique. Commencée vers 1210 par la nef très marquée de traditions normandes elle sera terminée par le transept et le choeur à la fin du XIII ème siècle.  
C’est Mgr Philippe le Boulenger qui la consacre le 27 septembre 1310. Pendant la Guerre de Cent ans (1337-1453) entre la France et l’Angleterre, elle est pillée et incendiée en partie, puis réparée. Ensuite, pendant les guerres de religionorguecathedrale , elle subit de nouveaux dommages et est de nouveaux restaurée. A la Révolution française de 1789, comme de nombreux édifices religieux, elle est à nouveau pillée : notamment le portail est très endommagé.

Faute de fondations solides, l’église dut, à plusieurs reprises, et ce jusqu’au vingtième siècle, être sérieusement restaurée pour la consolider.

 Le porche
Les dix statues qui ornaient le portail central ont été brisées en 1568, au moment des guerres de religion. Quant au tympan, il a été martelé par les révolutionnaires en 1793, mais on peut reconstituer ce qui s’y trouvait represénté : Tympan colorisé Musilumières
au sommet : deux personnages, le Christ à droite avec son auréole crucifère, à gauche la Vierge couronnée par son Fils.
en dessous : apôtres et anges près de sarcophages décorés de quatre-feuilles entourent la Vierge sur son lit de mort et lors de son Assomption.

La reconstitution ci- contre a été imaginée à partir des éléments restants et des traces laissées dans la pierre. Les trois scènes sont vraisemblablement proches de l’originale ; si nous savons que le tympan aurait été peint, les couleurs utilisées ne peuvent être authentifiées.

Crédit photo : Musilumières de Sées

La nef
Les piliers
supportent un 1er  étage qui ressemble à un cloître (appelé triforium) et un 2ème étage avec des fenêtres. Au- dessus les ogives soutiennent la voûte.
La nef a les caractères du gothique normand : pureté des proportions, lignes verticales accentuées, chapiteaux décorés de motifs végétaux; la frise au sommet du 1er étage est également décorée de trèfles évidés. Nos regards sont attirés vers le haut, vers la lumière, symbole de Dieu.

Le chœur
Le chœur date de la fin du XIIIe siècle/début du XIVe siècle. Il appartient au gothique rayonnant : plus de mur mais une simple armature de pierre qui enchâsse les vitraux. Tout n’est que lumière. Le triforium lui-même est ajouré. Les verrières du 2ème étage ont conservé des vitraux d’origine.
fgurescathedraleLe chœur, comme dans presque toutes les églises, est orienté (tourné vers l’est), ainsi au lever du soleil le rayon lumineux frappe exactement le vitrail central du chœur et vient vers l’autel et la nef – donc vers l’assemblée. Nous nous tournons encore vers la lumière.
A l’entrée du chœur, l’autel face à l’assemblée, avec à gauche la cathèdre, siège de l’évêque (d’où cathédrale), en-dessous de ses armoiries et de sa devise ; à droite, le siège du célébrant.

Le maître-autel, commandé par Mgr d’Argentré à la veille de la Révolution française, comporte deux bas- reliefs : côté nef, il représente la mise au tombeau, côté arrière-chœur, la découverte des corps des saints Gervais et Protais.
Sur les piliers de chaque côté, à gauche le pavillon aux couleurs rouge et or et à droite le tintinnabulum, les deux symboles d'une basilique ; (la cathédrale a été érigée en basilique en 1871 par le bienheureux Pape Pie IX).
De chaque côté du chœur, les sculptures de personnages donnent une idée de la joie de vivre et de la liberté des sculpteurs !

Dans l’arrière-chœur, le lutrin, destiné à porter le livre de chants, est décoré de bas-reliefs dorés évoquant la musique et la parole de l’Evangile : David et sa harpe, Ste Cécile et son orgue, l’Ange du Jugement dernier et sa trompette. En dessous, St Matthieu et l’ange, St Marc et le lion, St Luc et le taureau, l’aigle au sommet représente St Jean.

A voir également les 72 stalles sculptées : elles sont prévues pour que les chanoines du chapitre puissent dire l’office et suivre la messe.

Le transept nord
Dans ce transept, la chapelle contient les reliques de St Latuin dans une reliquaire sous l’autel. Les vitraux de l’Annonciation et de la Visitation sont sans doute les plus anciens de la cathédrale (XIVe siècle).
A droite, un autel Louis XIV qui provient du Couvent des Cordeliers de Sées, installés à Sées du XIIe siècle jusqu'à la Révolution.
A voir également les monuments funéraires de deux évêques de Séez de la fin du XIXe siècle.

Du transept nord, nous voyons bien la rosace sud. Très colorée de rouge et de jaune, elle ressemble à une roue, symbole du monde qui change  constamment. Au centre, Jésus-Christ et autour les 12 apôtres ; au-delà, probablement les 24 vieillards de l’Apocalypse. En dessous, dix personnages de l’Ancien Testament.

Les chapelles de l’abside
La chapelle St Nicolas : s
ur les vitraux, St Nicolas enseignant l’un de ses clercs et deux légendes racontant comment le saint aurait sauvé trois enfants et trois jeunes filles.
La chapelle St Godegrand, évêque de Séez VIIIe siècle : on le voit sur le vitrail central à côté de sa soeur, Ste Opportune, abbesse de l’abbaye d’Almenèches.
Dans la chapelle Notre Dame des Champs,
la statue au-dessus de l’autel représente une Vierge à l’enfant : Marie tient l’enfant Jésus sur son bras droit et lui présente une grappe de raisins et des épis de blé. C’est en 1888 que la confrérie de Notre Dame des Champs regroupant des agriculteurs du diocèse offre cette statue pour ce lieu où ils viendront pour prier pour leurs récoltes et vénérer la Vierge.
La chapelle St Augustin :
sur les vitraux, des représentations du saint.
La chapelle Ste Madeleine :
un vitrail la représente, à gauche, aux pieds de Jésus.

Le transept sud
Vitrail nordNous pouvons admirer d’ici la rosace nord (le soleil n’éclaire jamais ces vitraux). La couleur dominante est le bleu. Au centre, Jésus en croix, et autour 6 médaillons relatant les apparitions de Jésus ressuscité : Jésus au bord du tombeau, les saintes femmes, Jésus et Marie Madeleine, Jésus et St Thomas, les disciples d’Emmaüs, le partage du pain. En dessous, des saints et évêques du diocèse. Au solstice d’hiver, la rosace sud se projette en-dessous de la rosace nord, signifiant la complémentarité de leurs symboles.

Quatre médaillons en bois noirci du XVIIIe siècle représentent des épisodes de la vie de la Vierge Marie : sa Présentation au Temple ; l’Annon-ciation ; la Visitation et l’Assomption.
Le « Beau Dieu » de Sées, buste en marbre blanc sans doute sculpté dans l’atelier du Bernin, célèbre architecte et sculpteur italien du XVIIe siècle. Il représente Jésus, peut-être quand, ressuscité, il dit à Marie Madeleine, « Ne me touche pas ».

Notre Dame de Sées

Notre Dame de Sées, statue de marbre réhaussée d’or du XIVe siècle, qui a échappé à tous les pillages. La Vierge Marie, élégante, tient Jésus qui lui présente une pomme qui peut symboliser le monde. Notre Dame de Sées, statue de marbre réhaussée d’or du XIVe siècle, qui a échappé à tous les pillages. La Vierge Marie, élégante, tient Jésus qui lui présente une pomme qui peut symboliser le monde.

Dans le bas-côté sud, un puits, restauré au XIXe siècle, servait lors des travaux dans la cathédrale, mais fournissait aussi l’eau en cas d’asile. L’eau est aussi symbole de vie.

Les orgues
orguecathedrale Le premier grand-orgue de la cathédrale, construit par Claude Parisot en 1743, a été remplacé en 1883 par l’actuel instrument, construit par Aristide Cavaillé-Coll. Sa dernière restauration, entre 2006 et 2008, l’a ramené au plus près de son esthétique et de sa composition d’origine. Aujourd’hui, il compte 35 jeux répartis sur 3 claviers manuels et un pédalier.

L’orgue de choeur est aussi un instrument d’Aristide Cavaillé-Coll. Il est daté de 1880 et comporte un seul clavier manuel et un clavier de pédale en tirasse.

 

Les archives départementales de l'Orne ont publié vers 2010 un document sur la cathédrale et le diocèse de Séez, intitulé La cathédrale dans la ville, de pierre et de verre.

 

 

 

 

 

Carte interactive
1
février

Messe chaque jour en direct

Chaque jour, à 8h30 depuis le monastère des clarisses d'Alençon ici, ou à 8h00 depuis le sanctuaire ND de Montligeon ici.(11h00 le dimanche).

23
octobre

Journée de pèlerinage à Pontmain

Avec notre nouvel évêque, pour tous les diocésains, seuls ou en famille, quel que soit votre âge ou votre situation (enfants, jeunes, jeunes pros, étudiants, adultes) :

23
octobre

Année Marguerite de Lorraine - Conférence de Marie-José Michel

Marguerite de Lorraine, une femme chef d'Etat oubliée de l’histoire, Argentan, Médiathèque, 14h30.

24
octobre

XXème stage pour les organistes liturgiques du 24 au 28 octobre 2021

A Bayeux, un stage qui permet l’approfondissement du sens de la liturgie, la connaissance de l’orgue et l’apprentissage de l’accompagnement. Plus d'infos :

24
octobre

MESSE du dimanche en direct vidéo

Messe chaque dimanche à 11h00 depuis la basilique d'Alençon ici, ou depuis la basilique ND de Montligeon ici, et à 8h30 depuis le monastère des clarisses à Alençon ici.

27
octobre

Année Marguerite de Lorraine - balade contée à Argentan

« Sur les pas de Marguerite de Lorraine » à 14h. Inscription à l’Office du Tourisme.